Institut d’Histoire de la Philosophie

IHP EA3276

Histoire de la philosophie ancienne, Histoire de la philosophie classique, moderne et contemporaine

L’IHP étudie la constitution de la rationalité en privilégiant l’approche historique, synchronique et diachronique, intégrant les apports de la méthode analytique et s’appuyant sur des travaux philologiques et philosophiques. Il organise ses recherches autour des textes de la tradition, de leur édition critique, leur traduction, leur interprétation et leur postérité. Il privilégie l’étude des contextes (culturel, politique, religieux, esthétique, etc.), des types d’argumentation et des concepts, l’analyse des ruptures et des continuités, l’examen des méthodes des historiens de la philosophie.
L’Institut d’Histoire de la philosophie comprend 2 pôles :

  • le pôle d’Histoire de la philosophie ancienne a pour spécificité l’interrogation des textes anciens dans leur contexte philosophique et culturel, leur réception et leur actualité ;
  • le pôle d’Histoire de la philosophie classique, moderne et contemporaine étudie les textes classiques et modernes dans leur rapport aux problématiques les plus contemporaines.

L’Institut d’Histoire de la philosophie est structuré en trois axes de recherche :

Histoire de l’ontologie et de la métaphysique
Cet axe prend son point de départ dans la philosophie ancienne, les catégories d’Aristote et la préhistoire judiciaire de ces catégories. Il examine la manière dont ces catégories investissent les champs logiques, métaphysiques et psychologiques des corpus anciens et les déplacements conceptuels dans l’histoire de la métaphysique contemporaine et de la philosophie de l’esprit.

Méthodes et formes du discours
Cet axe part des théories du langage des Anciens pour envisager comment l’histoire de la philosophie articule langage et vérité. Il étudie les théories philosophiques de la méthode dans lesquelles la philosophie s’est déterminée contre d’autres formes de discours ou a constitué une forme de discursivité. Il étudie son unité formelle par-delà la multiplicité de ses formes (éristique, antilogique, dialogique, dialectique, parénétique, protreptique, zététique, éphectique, etc.) et de ses antagonismes pour expliciter par l’étude des techniques et méthodes le passage « de la dialectique à l’art de penser ».

Pratiques et analyses des pratiques
Cet axe étudie dans leur diversité : la causalité humaine et la question de la responsabilité de l’agent ; les transformations de la responsabilité à partir d’un cadre politico-juridique jusqu’à sa détermination en lien avec la liberté (Nouvelle Académie, Moyen platonisme, Alexandre d’Aphrodise) ; le paradigme thérapeutique et la recherche des causes (Epicuriens, Stoïciens, Galien de Pergame) ; la délibération et les rapports de la parole et de l’action ; les discours des philosophes en contexte esthétique et politique ; la démocratie et ses pratiques philosophiques, la figure du vieillard (homme d’expérience et de sagesse ; homme diminué par les atteintes de l’âge ; rebut de la société et figure d’exclusion), son statut socio-
politique et philosophique et l’étude des paradoxes du vieillissement dans les discours et les pratiques philosophiques.